lundi 5 août 2013

Renaitre de ses cendres

Après une interruption de presque deux ans depuis le 15 août 2011, le blog BurdInUSA va reprendre des couleurs mais sous une forme un peu différente. L’ambition va être revue à la baisse en postant régulièrement des informations mais pas à une fréquence quotidienne, essayer de partager plus de photos que de textes, souvent longs à produire mais aussi parfois longs ou décourageants à lire.
Afin d’être plus libre dans nos expressions, l’accès du blog ne sera plus libre mais protégé. On va à l’encontre du principe de partage du blog mais il est de plus en plus criant qu’il faut se protéger des mauvais esprits que l’on peut parfois côtoyer ou qui peuvent nous suivre. Une nouvelle destination …. Donc un nouveau blog ! Celui-ci va s’appeler BurdInSingap, pas compliqué pour respecter la convention de nommage du premier blog. Et oui, nous partons pour Singapore le 5 août 2013…. Le container est déjà partir de Lyon et il ne nous reste plus qu’à le suivre.
La procédure d’accès au blog sera un peu plus compliquée mais c’est le prix d’un peu plus de sécurité. Pour pouvoir y accéder, vous pouvez m’envoyer une demande à loic_burdin@yahoo.fr. J’ai déjà inclus un certain nombre de participants mais viser l’exhaustivité n’est pas facile…..
L’accès peut se faire en suivant le lien dans l’invitation pendant 30 jours mais ensuite, il faut se créer un compte sur Google pour ceux qui n’en ont pas déjà un. Il doit être possible de mémoriser le mot de passer lors de la connexion à Google et ensuite de mémoriser le mot de passe à l’aide du navigateur.
Bonne lecture, bon voyage et n’hésitez pas à revenir vers moi en cas de difficulté de connexion !
http://burdinsingap.blogspot.com et c'est parti......

mardi 16 août 2011

Le blog est mort, vive le blog !

Après un peu plus de 4 ans et 3 mois, il est temps je pense d’arrêter ce blog. Son essence était liée à notre départ aux US et nous sommes désormais revenus en France à la case départ. Partager nos découvertes lors de cette nouvelle expérience était un des objectifs du blog. Même si nous espérons continuer de faire des découvertes en France, ce ne sera plus pareil et la motivation sera du coup différente.
Ces quatre années aux US ont été intenses et riches en découvertes et rencontres. Certaines ont été fructueuses comme nos amis de la région où nous habitions, les rencontres avec les rangers dans les parcs nationaux, les collègues de bureau, nos voisins et généralement avec tous les américains. Bien sûr, nous avons aussi rencontré des nuisibles comme nos propriétaires ou d’autres… qui ne nous manqueront pas !
Nous allons aborder ce retour en France avec un œil différent, envie de visiter beaucoup plus tout ce qui nous entoure que nous ne voyions même plus avant notre départ tellement cela faisait partie de notre environnement naturel quotidien.
J’ai passé généralement du temps et de l’énergie à rédiger ce blog et à penser lors de notre vie quotidienne à ce que j’allais publier afin de prendre les bonnes photos en conséquence. J'y ai pris aussi beaucoup de plaisir et ça a été l'opportunité de recherches sur de nombreux sujets liés à ce que nous avons pu faire.
J’espère que cet objectif de partage aura été atteint et qu’il aura permis de vous faire découvrir un peu des US et des pays environnants.
Merci en tout cas à tous les lecteurs anonymes ou non car avec 100 à 130 visiteurs uniques par jour en moyenne, je ne pense pas tous les connaître ! Ces statistiques ont été tout d'abord une surprise puis ensuite une source de motivation.
Peut-être ce blog renaîtra de ses cendres si une autre destination se concrétise après le coup raté du Japon ?
Bonne continuation à tous, "all the best" comme disent les américains.

dimanche 14 août 2011

Retour du Mexique

C’est le jour du grand retour définitif ou plutôt les jours du grand retour puisque notre voyage s’étale sur deux jours. Réveil à 4h du matin à l’hôtel à Playa Del Carmen pour rejoindre l’aéroport de Cancun. Ca fait un peu bizarre de rouler la nuit au Mexique. L’éclairage public est différent de ce que l’on connait mais pas inexistant. Nous rendons rapidement la voiture de location, et enregistrons nos 6 bagages. Notre itinéraire n’est pas très simple : Cancun-Atlanta, Atlanta-Newark, transfert en limo entre deux des aéroports de New-York Newark-JFK, JFK-Paris, et enfin Paris-Lyon.
Le 1er vol jusqu’à Atlanta se passe bien, nous avons un siège de surclassé en business, nous dormons tous quasiment tout le vol. Nous récupérons nos 6 bagages à Atlanta pour leur faire passer la douane américaine et les réenregistrons. Nous cherchons notre vol pour Newark et découvrons que celui-ci est annulé en raison d’une panne mécanique de l’avion.
Nous sommes reprogrammés sur le vol de 19h au départ d’Atlanta soit 8h d’attente ce qui ne nous permet plus d’avoir notre vol pour la France au départ de JFK. Après moult discussion avec l’agent de Delta Airlines, nous sommes en attente sur un vol pour JFK à 15h et avons des sièges sur un vol à 18h toujours pour JFK. Le problème vient que nous avons deux réservations différentes sans lien entre elles : une Cancun-Newark et une autre JFK-Lyon. L’agent nous a enregistré nos bagages jusqu’à Lyon donc plus besoin de les récupérer à JFK pou les ré-enregistrer.
Nous attendons donc 4h pour le vol de 15h qui est finalement retardé à 16h30. Nous sommes les premiers sur la liste d’attente et des passagers semblent ne pas s’être présentés à l’enregistrement. Nous pensons avoir des places.
Le temps passant, le vol semble plus que plein, les passagers manquants se sont finalement manifestés et nos espoirs s’amenuisent. Il faudrait dans ce cas, décaler notre vol pour Paris afin d’être sûr de l’avoir avec le vol d’Atlanta de 18h. L’embarquement commence et nous n’avons toujours pas de place. Tout d’un coup, nos noms apparaissent sur les écrans avec des places attribuées. Nous nous engouffrons dans l’avion et avons des sièges un peu éparpillés mais pas tant que ça. Comment nos bagages vont-ils pouvoir nous suivre jusque là ?

Nous arrivons à JFK vers 19h sous une pluie battante et notre vol pour Paris est à 21h50 donc nous avons le temps d’aller au lounge. Bien que ce soit le retour définitif, le moral remonte avec une coupe de champagne, saumon fumé et tout ce qui va bien pour un vrai apéritif au lounge.

Après deux vols à l’américaine avec Delta , nous dégustons et savourons le calme et le confort du vol avec Air France. Nous embarquons dans un Boeing 777 flambant neuf.
L’avion n’a que quelques vols à son actif et est le dernier intégré dans la flotte d’Air France. Le repas sera à la hauteur du confort, tout ça avant un bon somme.
Nicolas s’écroule avant le repas tandis que Tom tien le coup et fera mal à son plateau. Au lieu de dormir ensuite, il se payera le luxe de gouter à la console de jeux de son siège.
Le lendemain matin, lorsque nous ouvrons les yeux, nous déjà au-dessus de la France et de la plaine de la Seine.
Tom et Nicolas dorment encore à poings fermés et les réveiller ne sera pas chose facile.
Avant notre dernier vol Paris-Lyon, nous faisons un arrêt au lounge de Paris où les enfants se ruent sur le formage : camembert, Chavroux mais aussi Babybel…..
Arrivés à Lyon, dès que nous nous présentons vers le carrousel pour récupérer nos bagages,  nous sommes appelés au service bagages d'Air France car nos bagages ne sont pas arrivés. Ce n'est pas une grande surprise. Nous n'avons que nos bagages à main : voilà ce qu'il reste de notre maison que nous transportons sur notre dos actuellement.
Nous trouverons de quoi parer au plus pressé dans la première grande surface heureusement ouverte en ce 15 août.

samedi 13 août 2011

Sortie à Playa Del Carmen

Ce matin, nous sortons un peu en ville à Playa Del Carmen. Nous avions déjà "visité" cette ville il y a 3 ans... et comme il y a 3 ans, il n'y a pas grand chose à visiter !
Les rues regorgent de boutiques de souvenirs pour les touristes mais  les rues perpendiculaires à la 5ème avenue (oui, oui, c'est bien la 5ème avenue) offrent une superbe vue sur la mer.
Les Etats-Unis dans toute leur splendeur ont réussi à implanter deux magasins Haagen-Dazs dans la rue principale. Burger King et Subway suivent pas bien loin derrière.....
Les magasins de bijoux de luxe côtoient des boutiques plus classiques locales ou des restaurants locaux.

En passant dans les rues adjacentes, on découvre un peu plus d'architecture locale comme ces balcons avec de nombreuses plantes.
On découvre aussi des constructions non terminées avec les fameux fers à béton laissés apparents au cas où on pourrait construire un étage supplémentaire.
Plus on s'éloigne de l'artère principale, plus les habitations deviennent simples avec parfois un peu de rénovation en attente.

Les devantures des magasins expliquent clairement les services offerts comme ce docteur......
Au final, nous n'avons pas découvert grand chose et il fait surtout une chaleur écrasante. Nous revenons avec peu d'achats car finalement, la visite de Playa Del Carmen se résume à faire des achats......

vendredi 12 août 2011

Oh la belle bête !

Ce matin, en sortant du petit-déjeuner, nous apercevons un petit attroupement au pied ‘un arbre. En nous approchant un peu plus, nous distinguons dans l’arbre un serpent énorme enroulé autour des branches. Je file à la chambre récupérer mon appareil photo.
Quand j’arrive à nouveau sur les lieux du « crime », l’attroupement a grossi et un jardinier, perché sur un escabeau, se débat avec l’animal à l’aide d’une raclette.
Difficile d’évaluer la taille du serpent quand il est enroulé comme cela. Très calme, le serpent se déplace lentement autour du tronc. Dérangé par la raclette du jardinier, le serpent commence à grimper plus en hauteur dans l’arbre.
Voyant cela, le jardinier commence à tirer le serpent vers le bas pour que celui-ci ne soit pas hors de sa portée. Cela dérange beaucoup plus le serpent qui se rebelle et commence à souffler bruyamment. Le serpent décide de s’échapper en direction d’une branche plus petite.
Il s’enroule de tout son long autour de cette branche qui ploie sous son poids.
Le jardinier n’a pas envie de le voir partir au bout de cette branche et il l‘attrape par la seule extrémité à sa portée : la queue du serpent !
Finalement, la branche a tellement plié sous le poids du serpent que le jardinier a pu la faire céder définitivement. La branche est tombée à terre avec le serpent et le jardinier le tient d'une main par la tête et de l'autre main par la queue.
Le serpent se débat et pas facile de le mettre dans le sac dans la confusion (mais d'abord dans le sac).
Au final, le serpent gagne la bataille et ne rentrera pas dans le sac. Le jardinier part avec le serpent à bout de bras comme une grosse corde à sauter. Comme les cuisiniers partent avec lui, est-ce que nous allons le manger à la place du poulet ors d'un buffet ? Vont-ils le relâcher tranquillement un peu plus loin ?